Bulletin du CPNN (Culture of Peace News Network) du 1er juin 2016

LA REFORME DE L’ONU

Depuis sa création il y a plus de 70 ans, l'Organisation des Nations Unies a été l'espoir de l'humanité pour "préserver les générations futures du fléau de la guerre." Mais de plus en plus, nous perdons l'espoir qu’elle y parvienne, dans sa forme actuelle. Cela a été particulièrement évident au cours des dernières semaines, lorsque les grandes puissances n’ont pas pris la peine d'envoyer des délégations de haut niveau au Sommet humanitaire de l’ONU, bien que 60 autres pays y aient envoyé leur chef d'Etat. Alors que l'Allemagne était représentée par son chancelière Angela Merkel, les autres grandes puissances étaient essentiellement absentes : Le Canada, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Russie et la Chine.

Par conséquent, il est pas surprenant qu'il y ait un chœur croissant de demandes de réformes des Nations Unies.

La demande la plus spectaculaire et de grande envergure vient d'Afrique. Ce mois-ci le Parlement panafricain, avec la representation de 54 de ses pays, a demandé à l'Union africaine de soutenir sa demande pour créer un nouvel organe de l’ONU: une Assemblée parlementaire des Nations Unies (APNU). Le Président du Parlement a expliqué que "le temps est venu que 'Nous, les peuples', comme il est écrit au début de la Charte des Nations Unies, doivent avoir plus d'influence dans les affaires mondiales. A cet effet, une APNU doit être établie." Cela pourrait devenir une voix puissante pour la paix. Au lieu de refléter les politiques des États membres avec leur budget militaire et les politiques militaires, l'Assemblée proposée serait composée de représentants des organes directement élus par le peuple et sans responsabilité directe pour les institutions militaires.

Un autre appel à une vaste réforme vient d'un groupe crée avec l'ancien Directeur général de l'UNESCO Fédérico Mayor. Leur déclaration propose un «nouveau système des Nations Unies" avec une Assemblée générale composée de 50% des représentants des États et 50% des représentants de la société civile, en ajoutant au Conseil de sécurité déjà existant, un Conseil de l'environnement et un Conseil socio-économique. Dans tous les cas, il n’y aurait plus de droit de veto, mais un vote pondéré.

De nombreux appels à la réforme estiment que le Conseil de sécurité composé des cinq membres permanents, qui sont les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et qui détiennent le droit de veto, est dépassé et inefficace face aux problèmes mondiaux d'aujourd'hui.

Il y a des réunions en cours de Négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité, mais qui sont compliquéss par les rivalités entre les États membres. Lors de la dernière réunion au début du mois de mai, l'Inde a demandé l’augmentation du nombre de membres permanents en proposant eux-mêmes, le Brésil, le Japon et l'Allemagne, reunissant ainsi les perdants et les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Mais tout de suite, il y a eu les objections du Pakistan et de la Corée du Nord, leurs rivaux, ainsi que d'un autre groupe de 13 pays dirigé par l'Italie. Une autre proposition a été présentée par l'Irlande pour une nouvelle organisation du Conseil de sécurité composée de 6 sièges pour une durée de 8 ans; 2 sièges pour le groupe africain et 2 autres pour l’Asie-Pacifique, 1 siège pour WEOG (Europe occidentale et autres) et un autre pour GRULAC (Groupe des pays d'Amérique latine et des Caraïbes).

Lors du récent Sommet humanitaire, la Ligue arabe, qui se compose de 22 Etats membres, dont l'Algérie, l'Égypte, l'Irak, la Jordanie, le Qatar et l'Arabie saoudite, a demandé à ce que soit limité le pouvoir de veto des membres permanents du Conseil de sécurité, faisant écho à une demande similaire par le président turc Erdogan. Cet appel a aussi été compliqué par des rivalités inter-étatiques parce que leurs remarques n’ont été dirigées que contre l'utilisation du droit de veto de la Russie à l'égard de la guerre en Syrie.

Les "Elders," le groupe d'anciens chefs d'état et d’agences internationales qui a été formé il y a plusieurs années autour de Nelson Mandela, a fait une série de recommandations concernant la réforme du Conseil de sécurité. Ils appellent à une nouvelle sorte de membres du Conseil avec une durée plus longue pour contrebalancer les cinq membres permanents, un engagement à limiter l'utilisation de leur droit de veto et une plus grande implication de la société civile.

Une autre proposition des "Elders" est que le Secrétaire général de l’ONU soit plus indépendant. Cette proposition est reprise dans les conclusions du récent Débat de haut niveau thématique des Nations Unies sur la paix et la sécurité, et il est déjà mis en œuvre, dans une certaine mesure, dans de nouvelles procédures pour choisir le prochain Secrétaire général.

Mais, la question reste: Est-ce que ces propositions sont assez radicales pour permettre à l’ONU de "préserver les générations futures du fléau de la guerre?" Selon le coordinateur de CPNN, nous avons besoin d’une réforme plus radicale. Voir son blog pour une proposition.

* * * * *

Si vous ne voyez pas les photos, cliquez ici pour la version internet.
Cliquez ici pour le bulletin en anglais ou ici pour le bulletin en espagnol.

0 Partages
Posted in Bulletins d'Information, CPNN and tagged , .

Laisser un commentaire