Bulletin du CPNN (Culture of Peace News Network) du 1er juillet 2019

MANIFESTATIONS DE MASSE NON-VIOLENTES

Partout dans le monde, les citoyens descendent dans la rue pour des manifestations non-violentes afin de réclamer justice et démocratie.

Dans certains cas (Hong Kong, la Russie et l’Algérie), les manifestations ont déjà entraîné certains changements, tandis que celles du Kazakhstan, de la République tchèque, du Soudan et du Brésil n’ont pas encore atteint les résultats souhaités.

Hong KongPrès de deux millions de personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong pour protester contre une proposition chinoise autorisant l’extradition vers la Chine continentale d’habitants de Hong Kong et de ressortissants chinois ou étrangers voyageant à travers la ville. Les critiques ont estimé que cela resserrerait l’emprise de Pékin sur la ville autonome, régie par une politique «un pays, deux systèmes», cimentée lors du transfert de Hong Kong par les Britanniques en 1997. L’opposition à la loi sur l’extradition provenait de vastes secteurs de la société, y compris les hommes d’affaires, les professionnels, les enseignants, les étudiants, les activistes pour la démocratie et les groupes religieux. À la suite des manifestations de masse, le projet de loi a été suspendu. Cependant, le mouvement n’a pas été complètement retiré et la dirigeante de Hong Kong, nommée par la Chine continentale, est toujours en place malgré les appels à sa démission.

Russie. Des manifestations ont éclaté en Russie à la suite de l’arrestation du journaliste d’investigation Ivan Golunov, accusé injustement de drogue. Golunov publie principalement des rapports d’investigation dénonçant la corruption, et Meduza, la plate-forme en ligne pour laquelle il écrit, est l’un des médias les plus lus en langue russe. Après plusieurs rassemblements plus modestes en faveur de Golunov, des milliers de personnes avaient prévu de descendre dans la rue le mercredi 12 juin pour soutenir le journaliste, même si les autorités n’avaient pas approuvé la manifestation. Golunov a été libéré auparavant, à la suite de la publication simultanée par trois des principaux journaux indépendants avec le titre “Nous sommes Ivan Golunov”. En conséquence, le ministre russe de l’Intérieur, Vladimir Kolokoltsev, a annoncé que les responsables de l’arrestation et des charges seraient licenciés.

Algérie. En avril, à la suite de manifestations de masse, le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis plusieurs décennies, a été contraint de démissionner. Les manifestations de masse se sont toutefois poursuivies, exigeant la démission de son gouvernement et la poursuite d’autres personnalités. Des arrestations d’anciens responsables et hommes d’affaires corrompus ont été effectuées, mais les manifestants continuent, réclamant plus de poursuites et un nouveau gouvernement sans lien avec le précédent gouvernement de Bouteflika.

KazakhstanLes manifestants continuent de descendre dans les rues du Kazahstan après la tenue d’élections suivant la démission inattendue du président Nursultan Nazarbayev, qui dirigeait le pays depuis son indépendance de l’Union soviétique en 1991. Les manifestants allèguent que le choix de son successeur n’était pas libre ou équitable, et, comme prévu, le successeur de Nazarbayev, trié sur le volet, a été élu.

République Tchèque. Des centaines de milliers de militants ont envahi le centre de Prague le dimanche 23 juin, point culminant des manifestations antigouvernementales contre le gouvernement du Premier ministre Andrej Babis. Auparavant, quelque 400 000 personnes avaient signé une pétition invitant le milliardaire Andrej Babis à démissionner en raison d’accusations de fraude. Les rassemblements ont été déclenchés après la nomination par Babis d’un allié proche en tant que nouveau ministre de la Justice du pays, à un moment où les procureurs décident de la mise en accusation possible.

Soudan. Après que le régime autocratique du président Omar al-Bashir, qui avait duré trois décennies, se soit soldé par une prise de contrôle militaire en avril, les pourparlers ont échoué en mai entre les manifestants et le Conseil militaire de transition au pouvoir au sujet d’un calendrier pour un régime civil. Le 3 juin, les forces de sécurité et les paramilitaires ont ouvert le feu sur des manifestants favorables à la démocratie qui organisaient un sit-in devant le siège de l’armée à Khartoum, faisant plusieurs morts et de nombreux blessés. Les manifestants soudanais prévoyaient de retourner dans les rues le dimanche 30 juin à l’occasion de rassemblements de masse baptisés le « millions march. » [Mise à jour: « La révolution ne va pas mourir!. » Tel était le message de dizaines de milliers de manifestants qui se sont engouffrés dans les rues du Soudan le 30 juin, réclamant un régime civil.]

Brésil. Des millions de personnes ont participé à la grève générale au Brésil le 14 juin, avec des manifestations dans 380 villes du pays. La grève avait été déclenchée pour rejeter la proposition du gouvernement de Bolsonaro de contre-réforme du système des retraites, mais elle reflétait également l’opposition aux coupes dans le secteur de l’éducation, qui avaient déjà entraîné des millions de personnes dans la rue les 15 et 30 mai. Le gouvernement de Bolsonaro a été frappé par des révélations de collusion entre le juge et le parquet lors du procès contre l’ancien président Lula. Le juge en cause a ensuite reçu le ministère de la Justice de Bolsonaro. Les politiques du gouvernement Bolsonaro concernant les peuples autochtones et l’environnement et les attaques de Bolsonaro contre la communauté gay suscitent également une vive résistance.

Bien qu’il y ait eu des violences policières contre des manifestants au Soudan et au Kazakhstan, les manifestants eux-mêmes étaient non-violents dans tous les cas susmentionnés. C’est un bon signe que le peuple descende dans la rue plutôt que de rester passifs en ce moment de l’histoire, marqué par de nombreux revers pour la démocratie. Le fait qu’ils soient non-violents est particulièrement important. Comme indiqué précédemment dans CPNN, un projet de recherche sur la résistance non violente et la consolidation démocratique, fondé sur 101 transitions démocratiques survenues entre 1945 et 2006, a révélé que la résistance non violente, y compris les marches de protestation de masse, est plus efficace que la résistance violente à court terme, ainsi que à long terme.

      

DROITS DE L’HOMME

Hong Kong protesters march demanding leader resign

DÉVELOPPEMENT DURABLE

L’agroécologie et l’agriculture paysanne pour préserver la biodiversité

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES

 
Peace through Tourism: Celebrating Her Awards

ÉDUCATION POUR LA PAIX

Le PAYNCoP Gabon Sensibilise les Jeunes Leaders Associatifs sur La Résolution 2250

DISARMAMENT ET SECURITÉ

Dr. Garbis Der-Yeghiayan Elected Chair of Rotary Middle East Initiative Council

LIBERTÉ DE L’INFORMATION

 
Biennale de Luanda: Forum panafricain pour la culture de la paix

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ

EDUCATION: Imagine programme helping to reconcile divided Cyprus

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE

Restorative Justice in Brazil: Culture of Peace instead of Punishment

Share with:

FacebookTwitter


Posted in Bulletins d'Information, CPNN and tagged , , .