Bulletin du CPNN (Culture of Peace News Network) du 1er juin 2019

LEADERSHIP POUR LA PAIX

En cette période de mauvaises nouvelles et de confusion, nous recherchons celles et ceux qui peuvent nous conduire vers un avenir d’espoir et de stabilité. Voici quelques bons exemples de leadership que nous avons récemment cités dans CPNN.

En Afrique:

Suivant les traces de Nelson Mandela et nommant maintenant sa veuve Graça Machel à la vice présidence, « the Elders » continuent de nous donner un bon leadership. Récemment, lors de la réunion semestrielle de leur conseil d’administration à Addis-Abeba, ils ont rencontré le ministre éthiopien de la Santé et des travailleurs dans un centre de santé, où ils ont discuté des efforts du pays pour atteindre la couverture santé universelle. Comme l’exprime Graça Machel, « la santé est un droit humain, et les agents de santé sont champions des droits de l’Homme. J’applaudis l’engagement du gouvernement éthiopien à fournir des services de soins de santé primaires gratuits au niveau communautaire et les invite à engager davantage de fonds publics dans le budget de la santé afin d’atteindre cet objectif. »

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali, a reçu le Prix Félix Houphouët-Boigny – UNESCO pour la recherche de la paix pour son rôle d’instigateur d’un accord de paix entre la République fédérale démocratique d’Éthiopie et l’Érythrée. Voir les articles récents de CPNN sur cet accord.

Une initiative de féministes « émergentes » pour la paix a été accueillie à Monrovia, au Libéria, par la lauréate du prix Nobel de la paix, Leymah Gbowee, et la Fondation Gbowee pour la paix. Les cinq lauréates des prix Nobel de la paix présentes (Leymah Gbowee, Shirin Ebadi, Jody Wiliams, Rigoberta Menchú Tum et Tawakkol Karman) ont partagé leurs expériences et offert des conseils aux jeunes dirigeantes féministes. « Le thème principal était que nous (les femmes) sommes puissantes et dignes; nous devons réclamer notre espace, nous devons utiliser notre voix et nous ne devons pas demander la permission de le faire. »

La jeunesse africaine continue de se mobiliser pour la paix. La Coordination nationale au Gabon du Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix (PAYNCoP) a récemment dévoilé sa feuille de route des actions à mener au cours des deux prochaines années. Le plan d’action prévoit quatre axes stratégiques, la vulgarisation de PAYNCoP, la promotion d’une culture de la paix, l’appropriation de la résolution 2250 (jeunesse, paix et sécurité) et la transformation de PAYNCoP en entreprise sociale.

En Amérique latine:

21 lauréats du prix Nobel de la paix ont confirmé leur présence au 17e Sommet mondial des lauréats du prix Nobel de la paix intitulé: « Laissez votre marque pour la paix » qui se tiendra à Mérida, au Mexique. Le programme de cette année portera à la fois sur l’héritage mexicain et sur la participation de la nation au processus mondial de consolidation de la paix. Le programme engagera la société civile et les jeunes du monde entier en leur fournissant les outils et les stratégies nécessaires pour instaurer la paix aux niveaux local et mondial.

Face aux menaces néo-coloniales des États-Unis et de leurs alliés contre le Venezuela, Donald Ramotar, l’ancien président du Guyana, a averti que « toute action susceptible de conduire au renversement énergique du gouvernement de Maduro renouvellerait la culture militaire et les coups et dictatures sanglantes en Amérique latine des années 1960 et 70. La plus grande contribution que l’intervention extérieure puisse apporter est d’encourager les solutions démocratiques et de promouvoir les négociations politiques et le dialogue en vue d’un règlement pacifique. Toute autre voie, telle que les sanctions économiques, ne fera qu’aggraver la situation et entraînera des effusions de sang et de la violence. L’Amérique latine et les Caraïbes ont besoin d’une culture de la paix. »

En Amérique du Nord:

Bien que le gouvernement et les médias des États-Unis n’assurent pas un bon leadership, certaines personnes le font (ou l’ont déjà fait). Richard Falk, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la Palestine occupée entre 2008 et 2014, explique dans un blog pourquoi il ne peut pas renoncer à son engagement de longue date à prendre des positions publiques controversées, telles que la défense des droits humains du peuple palestinien, l’objection aux menaces contre l’Iran et la défense de Julian Assange.

Nous avons récemment perdu un grand militant pacifiste des États-Unis, Michael True. Mike était un défenseur infatigable du pouvoir populaire. Il croyait profondément en la capacité des gens ordinaires à provoquer un changement social et a exprimé cette conviction dans ses nombreux livres, conférences et soutien personnel à une myriade de campagnes, notamment la Peace and Justice Studies Association et la International Peace Research Association. Quand l’ONU a publié ses documents sur la culture de la paix, il était en extase, car un organisme international a finalement reconnu ce qu’il avait toujours su, cette initiative individuelle, l’action directe non-violente et le pouvoir du peuple.

En l’Europe:

Les chefs religieux travaillent pour la paix dans le monde. À Genève, la conférence intitulée « Promouvoir la paix ensemble – Promouvoir la fraternité humaine et la coexistence harmonieuse par le dialogue« , a été parrainée par deux des plus grandes organisations chrétiennes, le Conseil oecuménique des Eglises et le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux au Vatican. La conférence a présenté son document « L’éducation pour la paix dans un monde multi-religieux: une perspective chrétienne. » Il a également discuté du document » Fraternité humaine pour la paix mondiale et vivre ensemble “, signé conjointement par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar à Abou Dhabi en février 2019,

En Asie de l’Est:

Les chefs religieux travaillent spécifiquement pour la paix en Corée. Le cardinal sud-coréen Andrew Yeom Soo-jung estime qu’une paix permanente est à portée de vue dans la péninsule coréenne. Il a fait cette déclaration lors d’un discours prononcé lors du Forum sur le partage de la paix dans la péninsule coréenne en 2019 organisé par le Comité de réconciliation nationale de l’archidiocèse de Séoul et parrainé par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme et l’Université catholique de Corée.

Globalement:

Comme nous l’avons déjà signalé, des étudiants du monde entier ont pris le leadership dans la lutte pour sauver la planète du réchauffement climatique. Leur récente grève du 24 mai aurait impliqué plus d’un million d’étudiants. Nous avons montré leurs photos aux Philippines, en Allemagne, en Corée du Sud, en Nouvelle-Zélande, en Inde, en Italie, en Ouganda, en Irlande, aux États-Unis et en Suède, ainsi que des liens vers des photos du Chili, du Mexique et du Brésil.

Il ne faut pas s’étonner que le leadership dont nous avons besoin provienne en particulier des secteurs qui ont été ignorés et opprimés par la culture de la guerre: les femmes, les jeunes et les continents qui ont été victimes du colonialisme et continuent à être exploités par le néo-colonialisme, l’Afrique et l’Amérique latine.

LIBERTÉ DE L’INFORMATION    Abiy Ahmed Ali, Prix Félix Houphouët-Boigny – UNESCO pour la recherche de la Paix DÉVELOPPEMENT DURABLE    Youth for climate : 130 scientifiques soutiennent la grève des jeunes pour le climat ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES    Liberia: Feminist Voices for Peace ÉDUCATION POUR LA PAIX    Le PAYNCOP Gabon Presente sa Feuille de Route au Président de l’Assemblée Nationale
DISARMAMENT ET SECURITÉ    Latin America and the Caribbean need a culture of peace DROITS DE L’HOMME    The Global Campaign for the Prevention of Child Marriage TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ    Geneva: Conference on ‘Promoting Peace Together’ Promoting Human Fraternity and Harmonious Co-existence through Dialogue PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE    Spain: What a city of peace should be like, according to youngsters in Barcelona

Share with:

FacebookTwitter


Posted in Bulletins d'Information, CPNN and tagged , , .