Bulletin du CPNN (Culture of Peace News Network) du 1er juillet 2020

LA LUTTE CONTRE LE RACISME

Ce fut un mois de succession de luttes contre le racisme.

Cela a commencé aux États-Unis avec des émeutes décrites comme un « halètement collectif pour la vie » par la Poor People’s Campaign qui poursuit la lutte pour la justice menée par Martin Luther KIng, Jr. Leur phrase fait référence aux derniers mots de George Floyd, étouffé et tué par un officier de police blanc « rappelant viscéralement les photographies de lynchage qui ont été utilisées pour terroriser les Afro-Américains pendant des décennies dans ce pays ».

La force excessive de la police, condamnée par les lois et les normes internationales fondamentales relatives aux droits de l’homme, est courante aux États-Unis, selon une étude récente.

Comme l’écrit par Reuters, « des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés à Washington et dans d’autres villes américaines, samedi 6 juin, pour exiger la fin du racisme et de la brutalité par les forces de l’ordre ». « J’ai l’impression de faire partie de l’histoire et de faire partie du groupe de personnes qui essaient de changer le monde pour tous,” a déclaré l’un des manifestants ».

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes en Europe et en Asie manifestant à l’appui des manifestations américaines contre la brutalité policière, notamment Londres, Hambourg, Paris, Berlin, Brisbane, Sydney, Tokyo, Séoul et Bangkok,

Les manifestations en Australie ont relié la manifestation au traitement raciste des autochtones dans leur pays, où 432 autochtones sont morts en garde à vue depuis 1991 sans une seule condamnation. Le racisme est particulièrement évident dans la destruction de sites du patrimoine autochtone pour des projets de développement privé. « Le Bureau de l’environnement et du patrimoine de la Nouvelle-Galles du Sud montre qu’entre juin 2012 et juin 2013, il y a eu plus de 99 demandes de destruction de sites du patrimoine autochtone à des fins de développement – qui ont toutes été approuvées. »

Au centre des manifestations, le mouvement Black Lives Matter, lancé en 2013 par trois organisateurs noirs radicaux – Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi – en réponse à l’acquittement du meurtrier de Trayvon Martin, un jeune noir de 17 ans. Leur projet est maintenant un réseau mondial dirigé par ses membres dans plus de 40 sections qui organisent et renforcent le pouvoir local pour intervenir contre les violences infligées aux communautés noires par l’État et les « justiciers ».

Comme l’a décrit l’historien Robin D. G. Kelley, outre Black Lives Matter, de nombreux efforts d’organisation ont constitué une base pour les manifestations d’aujourd’hui. « Il s’agit notamment de personnes comme Melina Abdullah, Charlene Carruthers de Black Youth Project 100, tous les universitaires militants qui ont travaillé sur cette question – Barbara Ransby, Kimberlé Crenshaw, Angela Davis, Ruth Wilson Gilmore – puis, avant cela, Le Malcolm X Grassroots Movement, Copwatch, Dignity and Power, Critical Resistance, the African American Policy Forum. Ce sont des initiatives sur le terrain qui ont fait toute cette éducation politique, tout ce travail d’organisation – We Charge Genocide, Dream Defenders, the Rising Majority, Black Organizing for Leadership et dignité, et aussi des groupes comme SURJ, Stand Up for Racial Justice, qui traite du racisme blanc ».

Kelly conclut son interview par « Et la vraie question est maintenant de savoir si cela peut ou non être maintenu. »

L’un des moyens de soutenir le mouvement est la mobilisation dans de nombreuses communautés et organisations américaines pour célébrer « Juneteenth« , l’anniversaire de la proclamation d’émancipation d’Abraham Lincoln pour mettre fin à l’esclavage. Il est maintenant reconnu dans 47 États et le district de Columbia (Washington).

De l’avis du célèbre activiste Cornel West, il est important de faire le lien entre la violence américaine à l’étranger et aux Etats-Unis. « Lorsque vous semez les graines de la cupidité – au niveau national, l’inégalité; à l’échelle mondiale, des tentacules impériales, 800 unités militaires à l’étranger, la violence et AFRICOM en Afrique, tout en soutenant divers régimes dictatoriaux en Asie et ainsi de suite – il y a un lien entre les graines de violence que vous semez à l’extérieur et à l’intérieur ». 

Pour en savoir plus sur le lien entre le racisme et la culture de la guerre, à l’extérieur et à l’intérieur, ainsi que ses racines historiques, consultez le blog de ce mois pour la culture de la paix.

DROITS DE L’HOMME 


‘A part of history’: Calm prevails over D.C.’s biggest George Floyd protest

LIBERTÉ DE L’INFORMATION 

Decolonising peace journalism – and putting it to work in East Africa

DÉVELOPPEMENT DURABLE 

Feeding the people in times of Pandemic: The Food Sovereignty Approach in Nicaragua

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE 

“Listening as governance”, by Amartya Sen

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX 

USA: Historian Robin D.G. Kelley: Years of Racial Justice Organizing Laid Groundwork for Today’s Uprising

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES 

Philippines: Women’s leadership in the time of pandemic

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ 


USA: An uprising is a collective gasp for life

DISARMAMENT ET SECURITÉ 

Film From USA: Camden’s Turn: A Story of Police Reform in Progress

Share with:

FacebookTwitter


Posted in Bulletins d'Information, CPNN and tagged , , .