Bulletin du CPNN (Culture of Peace News Network) du 1er mai 2022

La lutte pour la vérité

Alors que la culture de la guerre, désormais dirigée par Vladimir Poutine et Joe Biden, continue d’utiliser le contrôle de l’information et les mensonges purs et simples comme une arme majeure de leur arsenal, la lutte pour la vérité devient de plus en plus importante pour la culture de la paix. Comme le disait Gandhi, « La non-violence et la vérité sont inséparables et présupposent l’un l’autre. » Il l’a appelé « Satyagraha ». . . formé par deux mots sanskrit « satya » (vérité) et « agraha » (tenant fermement ou fermeté).

Ce n’est pas facile, et peut être dangereux comme nous le voyons dans ces exemples récents de ceux qui s’engagent dans cette lutte.

Julian Assange est emprisonné depuis de nombreuses années maintenant et menacé d’extradition vers les États-Unis où il pourrait être emprisonné pour le reste de sa vie. Dans une lettre adressée ce mois-ci au président Biden et à la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, plus de 30 défenseurs progressistes, intellectuels et anciens chefs d’État ont fait valoir que les charges retenues contre Assange devraient être abandonnées. Les accusations portées contre Assange découlent de sa publication de documents classifiés révélant les crimes de guerre américains, y compris des séquences vidéo des forces américaines abattant des civils en Irak.

Selon un rapport de Yahoo News, la CIA, et de hauts responsables de l’administration Trump ont discuté comment ils pourraient l’assassiner.

Dmitry Muratov, qui a reçu le prix Nobel de la paix l’année dernière pour son journalisme indépendant critiquant la politique russe, a récemment été agressé par quelqu’un criant “Voici pour nos garçons” (c’est-à-dire les soldats russes). Profitant peut-être de la celebrité grâce au prix, il n’a pas été assassiné comme plusieurs autres de ses confrères journalistes. Bien que son journal, Novaya Gazeta, ait été fermé par les autorités russes, il est prévu de le rouvrir à l’étranger.

Glenn Greenwald est un journaliste américain qui défend la liberté d’information depuis près de 20 ans maintenant, notamment la défense d’Edward Snowden et de Julian Assange, et publie des rapports d’enquête sur la corruption au Brésil et ailleurs. Dans un article republié ce mois-ci par CPNN, il passe en revue la censure extrême actuellement orchestrée depuis Washington et comment elle a considérablement limité la possibilité de savoir ce qui se passe réellement en Fédération de Russie et en Ukraine. Il demande : « Pourquoi y a-t-il tant d’urgence à faire taire les petites poches de voix dissidentes à propos de la guerre en Ukraine? » Et il répond : « La réponse semble claire, » et il documente les énormes contrats accordés au complexe militaro-industriel pour étendre la guerre.

Comme exemple de la façon dont la censure limite la possibilité de savoir ce qui se passe en Russie, le lecteur devrait se rappeler la note de l’éditeur sur l’article de CPNN du 19 janvier de cette année, avant l’invasion de l’Ukraine : « Ces dernières semaines, le président russe Poutine a proposé de nouveaux traités de paix entre la Russie et les États-Unis et entre la Russie et l’OTAN. Google répertorie peut-être une centaine d’articles de presse qui mentionnent les propositions de Poutine, mais nulle part dans aucun des articles je n’ai pu trouver une référence au texte réel des propositions ou à l’histoire, contexte qui comprend les assurances américaines à la fin de la guerre froide que l’OTAN ne serait pas élargie vers la Russie. Au lieu de cela, les articles répertoriés par google soutiennent les États-Unis et l’OTAN affirment que les propositions de Poutine masquent une justification à l’invasion russe de l’Ukraine. Enfin, après une recherche assez longue et détaillée, j’ai trouvé l’article suivant (non répertorié par google) qui renvoie aux propositions de traité et au contexte historique. Le voici.)

Sergey Aleksashenko, ancien vice-gouverneur de la banque centrale russe, tient désormais un blog dissident depuis l’intérieur de la Fédération de Russie. Tel que republié dans CPNN, il documente la censure actuellement menée par les autorités russes, qui est si extrême qu’elle en devient parfois ridicule. D’une manière ou d’une autre, malgré la censure russe, il continue de publier des blogs quotidiens sur la situation là-bas.

Medea Benjamin et Nicholas Davies, de l’organisation pacifiste américaine Codepink, condamnent non seulement les crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine, mais plus encore la longue liste de crimes de guerre commis par l’armée américaine ces dernières années, comme ceux commis en Raqqa, Syrie et Mosul, Irak. « Les États-Unis et leurs alliés ont mené des guerres pays après pays pendant des décennies, détruisant des villes et des villages à une échelle bien supérieure à celle qui a jusqu’à présent défiguré l’Ukraine. »

Marina Ovsyannikova est la journaliste russe qui a osé interrompre un bulletin d’informations en direct sur la chaîne de télévision d’État russe One en tenant une pancarte indiquant « PAS DE GUERRE ». « Arrêter la guerre ». CPNN a publié un lien vers la vidéo de l’événement dans lequel elle décrit sa motivation. Elle a été immédiatement arrêtée et selon un article plus récent dans Haaretz, « Un tribunal lui a infligé une amende équivalant à environ $270 (=250€), mais elle est toujours accusée d’avoir enfreint une loi contre les « fausses nouvelles », ce qui interdit de qualifier l’invasion russe de l’Ukraine de « guerre ». Si elle est reconnue coupable, elle pourrait être condamnée à une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison. »

Oliver Stone, le cinéaste qui a osé défier les autorités américaines avec son film JFK sur l’assassinat du président Kennedy, vient de publier un film sur le coup d’État en Ukraine en 2014 orchestré par le gouvernement américain, dont Vice-Président à l’époque était Joe Biden. Cela fournit des preuves clés de la raison pour laquelle les Russes ont envahi, y compris des liens vers la conversation entre l’ambassadeur américain en Ukraine et une haute autorité du département d’État sur la façon de former le nouveau gouvernement en 2014, et une déclaration de Vladimir Poutine, demandant ce qui peut être fait pour arrêter les empiètements de l’OTAN contre son pays.

Dans CPNN, ces dernières semaines, nous avons publié des déclarations et des pétitions de centaines de milliers de Russes opposés à la guerre, comme détaillé dans le bulletin du mois dernier. Et plus récemment, nous avons également publié un appel de pacifistes ukrainiens qui osent critiquer leur propre pays ainsi que les Russes.

Le Mouvement pacifiste ukrainien écrit : « Nous condamnons les actions militaires des deux côtés, les hostilités qui nuisent aux civils. Nous insistons pour que toutes les fusillades cessent, que toutes les parties honorent la mémoire des personnes tuées et, après un chagrin dû, s’engagent calmement et honnêtement à des pourparlers de paix… La guerre est un crime contre l’humanité. Par conséquent, nous sommes déterminés à ne soutenir aucune sorte de guerre et à nous efforcer d’éliminer toutes les causes de guerre. »

Enfin, nous nous tournons vers la censure de la Chine.

Comme republié dans CPNN, « les professeurs chinois ont été empêchés d’exprimer leurs opinions et sont réticents à contredire la ligne officielle du Parti communiste sur les relations internationales et les événements politiques. Cependant, un groupe de cinq éminents professeurs d’histoire des meilleures universités chinoises étaient prêts à aller à l’encontre du récit officiel dans une rare lettre conjointe condamnant l’invasion de l’Ukraine. »

« La lettre, signée par Sun Jiang de l’Université de Nanjing, Wang Lixin de l’Université de Pékin, Xu Guoqi de l’Université de Hong Kong, Zhong Weimin de l’Université de Tsinghua et Chen Yan de l’Université de Fudan, décrit l’invasion russe comme une ‘guerre qui a commencé dans l’obscurité’, et pour une fin immédiate des combats… La lettre a été immédiatement retirée par les censeurs lorsqu’elle est apparue le 26 février sur la plateforme de médias sociaux chinois WeChat, mais pas avant d’avoir été visionnée et commentée – notamment en attaquant les professeurs sur les médias sociaux chinois avec certains les traitant d’espions ou de traîtres. »

 

LIBERTÉ DE L’INFORMATION

info

Russian Nobel Laureate Muratov Doused With Red Paint By Unknown Attacker

  TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ

tol

Tchad, Cameroun et Gabon : Les Jeunes, Tisserands de la Paix dans les Regions Trans-frontalieres

  ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES

women

Gabon: Candidate pour Ambassadrice Internationale de la Paix

  DISARMAMENT ET SECURITÉ

disarm

Statement of The Ukrainian Pacifist Movement Against Perpetuation of War

DÉVELOPPEMENT DURABLE

dev

UN climate report: It’s ‘now or never’ to limit global warming to 1.5 degrees

  PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE

dem

France : « Nous, Maires, voulons être des architectes de Paix ! »

  DROITS DE L’HOMME

HR

Glenn Greenwald: The Censorship Campaign Against Western Criticism of NATO’s Ukraine Policy Is Extreme

  ÉDUCATION POUR LA PAIX

ed

Transformative Peace Initiatives through TOCfE Tools

Posted in Bulletins d'Information, CPNN and tagged , , .