Bulletin du CPNN (Culture of Peace News Network) du 1er juin 2022

UN MOUVEMENT MONDIAL DE JEUNESSE ?

Voyons-nous l’aube d’un mouvement mondial de jeunesse pour la paix et le développement durable ?

Si l’Australie est un exemple, la réponse peut être positive.

En Australie, le paysage politique a radicalement changé lors des récentes élections qui ont vu les jeunes voter en nombre record pour s’attaquer aux problèmes qui les préoccupent le plus : le changement climatique, les difficultés à se loger et la hausse du coût de la vie. Le « greenslide » électoral a été fait principalement de victoires pour les sièges qui ont la plus forte population de jeunes.

Dans d’autres pays du monde, c’est la nouvelle génération qui a pris la tête du changement social.

Au Chili, le jeune président Gabriel Boric a remporté les urnes en décembre avec un soutien populaire historique qui dépasse même ce que les propres partisans du candidat auraient pu imaginer. En ce sens, une variable importante pour la victoire a sans aucun doute été la participation des jeunes. La jeunesse de Gabriel et de l’équipe qui l’a accompagné dans sa campagne a été un grand atout face à une société fatiguée des mêmes vieux visages, où les jeunes avaient été délaissés. Son mouvement représente non seulement un changement politique, mais aussi un changement générationnel ; il ne fait aucun doute qu’il accompagne un processus qui a été éssentiellement soulevé ces derniers temps par les jeunes.

Au Brésil, une armée de volontaires, en quelques semaines seulement, a enregistré des centaines de milliers de primo-votants. Leur campagne nationale vise l’apathie des jeunes électeurs – et pourrait contribuer à renforcer un avantage glissant pour l’ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva alors qu’il cherche à renverser le président d’extrême droite Jair Bolsonaro lors des élections d’octobre. « Personne n’aime Bolsonaro », a déclaré Evelyn Santana, 17 ans, peu de temps après avoir enregistré ses coordonnées à voter. « Parmi mes amis, la plupart des gens vont voter pour (Lula). Ils veulent que Bolsonaro disparaisse. » Les sondages montrent que la tendance se maintient à l’échelle nationale. Plus de la moitié des jeunes âgés de 15 à 24 ans préfèrent Lula, selon une enquête du sondeur Datafolha, tandis que moins de 25 % de ce groupe d’âge soutiennent Bolsonaro.

En Colombie, la candidature de Gustavo Petro passe au second tour avec le soutien, avant tout, de la jeunesse colombienne, qui réclame des changements et une amélioration des conditions de vie. En fait, cette demande a été criée pendant des mois l’année dernière dans les rues de Colombie, lors d’une grève nationale sans précédent. Les jeunes sont un groupe démographique clé pour Gustavo Petro, qui bénéficie d’un soutien de près de 50 % parmi les électeurs de ce groupe d’âge. Le second tour des élections aura lieu le 19 juin.

En France, les jeunes électeurs sont la clé des possibilités des partis politiques de gauche, réunis au sein d’une coalition baptisée NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale) pour accéder au pouvoir à l’Assemblée nationale lors des élections prévues les 12 et 19 juin. Dans ce contexte, une publicité considérable a été donnée à un discours prononcé lors de la prestigieuse cérémonie de remise des diplômes d’AgroParisTech le 10 mai, dans lequel huit étudiants ont déclaré refuser d’effectuer des « travaux destructeurs » et ont appelé leurs camarades à rejoindre les luttes écologiques et à travailler de leurs mains.

Aux États-Unis, ce sont les étudiants qui ont pris l’initiative de répondre aux massacres continus dans les écoles en exigeant que les armes militaires soient interdites à la vente. Bien que le président Biden ait déclaré qu’il fallait faire quelque chose, le Congrès américain continue d’être dominé par le lobby des armes à feu. « Les législateurs doivent garder à l’esprit que si nous ne pouvons pas voter maintenant, ils doivent écouter car nous pourrons éventuellement voter », a déclaré Maddie Ahmadi, membre du conseil consultatif de Students Demand Action, âgée de 17 ans. « Et s’ils ne nous écoutent pas et qu’ils n’adoptent pas une législation de bon sens sur les armes à feu, nous allons les rejeter. »

Et en Russie, où le président Poutine et la législature de la Douma poussent à la guerre en Ukraine et répriment toute expression d’opposition, les jeunes sont la seule partie de la population qui est contre la guerre. Dans le sondage réalisé début mars, seuls 29 % des jeunes de 18 à 24 ans soutenaient la guerre, alors qu’elle était soutenue par 60 % de la population générale. Le temps nous dira si leur opposition peut aider à mettre fin à la guerre.

Malgré toutes les mauvaises nouvelles (guerre en Ukraine, changement climatique, famine mondiale, guerres de l’information, migrations massives) et les sombres pronostics (crash du dollar, chute de Poutineguerre civile aux États-Unisdanger de troisième guerre mondiale), pouvons-nous encore rêver de la terre promise de la paix ? Nous ne pouvons qu’espérer que la nouvelle génération fournira le leadership nécessaire pour survivre à cette période périlleuse de l’histoire et nous guidera vers une culture de la paix.

DISARMAMENT ET SECURITÉ 

disarm-us

‘We Refuse to Go On Like This’: US Students Walk Out to Demand Gun Control

  TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ 

tol

Palestine: Tears and hope from the last few days

  ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES 

women

Women of the World Call for Peace

  LIBERTÉ DE L’INFORMATION 

info

World Social Forum 2022 Declaration: Building together a common agenda for another urgent and necessary world

DÉVELOPPEMENT DURABLE 

dev

France : « Désertons » : des jeunes ingénieurs appellent à refuser les « jobs destructeurs »

  PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE 

dem-rev

The Boric effect on Chilean youth

  DROITS DE L’HOMME 

hr

‘It’s a Fight They’ll Get’: Defenders of Abortion Rights March throughout the United States

  ÉDUCATION POUR LA PAIX 

ed

Ecuador: Hip-hop and urban art are reaffirmed as a ‘culture of peace’ at a festival in Garza Roja

Posted in Bulletins d'Information, CPNN and tagged , , .